Prévention et social > Égalité et diversité > État des lieux


Mission Égalité et diversité - État des lieux (Décideurs)

Le partage des responsabilités au sein de l'Université en 2002-2003.

La présidence est largement masculine. En effet, au-delà même du Président, les vice-présidents (élus par les conseils, selon les statuts de l'Université) sont majoritairement des hommes, avec 5 hommes pour 1 femme.

 

Vice-présidents

Femmes

Hommes

Part de Femmes

CA

1

1

50%

CEVU

0

2 (dont 1 étudiant)

0%

CS

0

2

0%

TOTAL

1

5

20%



Le 1er vice-président, désigné par le Président selon les statuts de l'Université, est également un homme. Et le secrétariat général (secrétaire général et secrétaire général adjoint) est exclusivement masculin.

Si parmi les chargés de mission, les femmes sont un peu mieux représentées, il n'y a pas pour autant mixité, puisqu'elles sont 3 femmes pour 9 hommes, soit 25% des chargés de mission.

 


Les conseils

Dans les conseils, la part des femmes est variable, d'une part selon les conseils et d'autre part selon qu'il s'agit des enseignants, des IATOS, des étudiants ou des personnalités extérieures. Globalement, elle va de 25% à 57,14%. Quels que soient les pourcentages, les parts les plus faibles de femmes se retrouvent systématiquement au Conseil Scientifique. Lorsque la part est équivalente ou supérieure à 50%, elle correspond alors aux étudiants ou IATOS, les deux populations les plus féminisées de la communauté universitaire.

 

CA

Femmes

Hommes

Part des Femmes

Etudiants

7

6

53,84%

Enseignants

8

18

30,76%

IATOS

4

3

57,14%

Personnalités extérieures

4

9

30,76%


 

CEVU

Femmes

Hommes

Part des Femmes

Etudiants

9

7

56,25%

Enseignants

5

11

31,25%

IATOS

2

2

50%

Personnalités extérieures

1

3

33,33%


 

CS

Femmes

Hommes

Part des Femmes

Etudiants

2

2

50%

Enseignants

8

20

28,57%

IATOS

2

2

50%

Personnalités extérieures

1

3

25%

Cependant, si la part des étudiantes est supérieure à 50% dans chacun des conseils, elle ne reproduit pas la répartition filles / garçons de la population étudiante dans son ensemble. En effet, la part totale des étudiantes en 2001-2002 est de 58,84% et elle est, en 2002-2003, de 56,25% au CEVU, 53,84% au CA et 50% au CS.

De façon encore plus flagrante, la part des femmes IATOS dans les conseils est toujours en deçà de la part qu'elles représentent parmi tous les IATOS. En 2002-2003, les femmes IATOS sont 69,91%, alors qu'elles sont 57,14% au CA et 50% au CEVU et au CS.

En revanche, si les femmes enseignantes ne représentent jamais la moitié des membres des différents conseils, elles sont néanmoins un peu mieux représentées dans les conseils relativement à leur part totale à l'Université. En effet, leur part totale à l'Université est de 31,89% (en 2002-2003), et elles sont 31,25% au CEVU, 30,76% au CA et 28,57% au CS. La répartition par corps montre même que leur part dans certains conseils est supérieure à leur part totale dans le dit corps. Cela est vrai dans deux conseils pour les professeurs et un conseil pour les maîtres de conférences : alors que les femmes représentent 18,37% des professeurs de l'Université, elles représentent 25% du collège A (Pr. et assimilés) du CEVU, 28,57% du collège A et B du CS de même, la part totale des femmes dans le corps des maîtres de conférences et assistants est 39,52%, et de 46,15% dans le collège B du CA. A l'inverse, leur part dans le collège A du CA est inférieure à leur part totale dans le corps (15,38% contre 18,37%), comme leurs parts dans les collèges B du CEVU et du CS sont inférieures à leur part totale dans le corps des maîtres de conférences (respectivement 37,50% et 28,57% contre 39,52%).

Cette représentativité contrastée des femmes enseignantes-chercheuses dans les conseils peut-elle tendre à dire que dans l'hypothèse où la part totale des femmes à l'Université augmenterait pour atteindre la mixité, celle-ci serait reproduite dans les conseils ? Il est à noter que, globalement, c'est dans les collèges de maîtres de conférences et assistants, corps où les femmes sont les plus nombreuses, qu'elles sont les moins bien représentées, comme s'il n'y avait pas de lien strict entre leurs proportions dans la population totale et dans les conseils.


Les directions de composantes

En 2002-2003, les femmes occupent la moitié des directions de composantes.

 

UFR

Femmes

Hommes

Lettres et Sc. Humaines

0

1

Psycho, Socio, Sc de l'Educ

1

0

Sc Techniques

0

1

STAPS

1

0

Droit, Sc Eco et Gestion

1

0

Médecine

0

1



Les trois instituts rattachés à l'Université de Rouen sont dirigés par des hommes.

 

Instituts

Femmes

Hommes

IAE

0

1

IPAG

0

1

IUT

0

1